-one


-one

⇒-ONE, suff.
Suff. tiré à l'orig. de la terminaison adaptée de certains termes gr. et servant à former des subst. (gén. en chim., biochim., biol.).
A. CHIM. [Sert à former des termes désignant ,,des cétones, sur une base désignant le plus souvent le corps, la plante d'où on les a d'abord tirées`` (COTTEZ 1980)] De la terminaison de:
acétone. ,,Proposée en 1866 par Hofmann comme morphème à signifié systématique`` (COTTEZ1980). V. cétone (abrév. de acétone).
1. [Le subst. est formé d'un élém. initial (gén. le rad. du terme désignant le composé chim.) + -one] V. benzone, menthanone et aussi:
carvone, subst. fém. Cétone à odeur de carvi, utilisée en parfumerie, de formule C10 H14 O. On le prépare à partir de la carvone (LEBEAU, COURTOIS, Pharm. chim., t.2, 1929, p.118).
jasmone, subst. fém. ou masc. ,,Cétone jaune clair qui est la méthyl-3 (...) dans le suc de jasmin`` (DUVAL 1959).
menthone, subst fém. ,,Cétone obtenue par l'oxydation du menthol et qui est présente dans diverses huiles essentielles végétales, notamment dans l'essence de menthe`` (Méd. Biol. t.3 1972).
propanone, subst. fém. ,,Synon. d'acétone`` (Méd. Biol. t.3 1972).
quinone, subst. fém. ,,Tout composé aromatique dans lequel deux atomes d'hydrogène du noyau sont remplacés par deux atomes d'oxygène`` (Méd. Biol. t.3 1972). Les quinones résultent de l'oxydation des phénols (Méd. Biol. t.3 1972).
[L'élém. initial est un élém. formant] V. ionone, irone, lactone (s.v. lact(i)-, lacto-) et aussi:
chlorétone, subst. fém. ,,Acétone-chloroforme`` (DUVAL 1959; BOUCHARDAT, Nouv. formulaire, 1894, p.86).
dione, subst. fém. ,,Nom générique et désinence des corps contenant deux fois la fonction cétone`` (DUVAL 1959).
hypnone (hypn(o)-), subst. fém. ,,Acétophénone`` (DUVAL 1959).
margarone (margar(it)-, du gr. et «perle, couleur perle»), subst. fém. ,,Éther (...) extrait du suint de boeuf`` (DUVAL 1959).
phorone (phor- du lat. médiév. d'orig. ar. camphora «camphre») ,,Cétone diéthylénique`` (DUVAL 1959).
stéarone (stéar(o)-, du gr. «graisse, corps gras»), subst. fém. ,,Cétone de formule C17 H35 -CO-C17 H355`` (DUVAL 1959).
2. [Le subst. est formé d'un élém. formant initial et d'un élém. subst. en -one] V. acétophénone (s.v. acéto-), acétylacétone, hydroquinone (s.v. hydro-).
B.CHIM. [Sert à former des termes désignant des ,,composés où il marque la présence de radicaux carbonés, associé à une base qui exprime un corps simple`` (COTTEZ 1980)] De la terminaison de carbone. V. carbasone, phénylbutazone (s.v. phényl-), silicone et aussi:
sulfone (dér. régr. de sulfonique, sulfoné), subst. fém. ,,Nom générique des composés R-SO2 -R'`` (DUVAL 1959). Plusieurs sulfones ont été mises au point pour le traitement de la lèpre (GRAND. 1962).
C.BIOCHIM. [Sert à former des termes désignant des ,,composés qui ont la propriété exprimée par la base savante de type verbal à laquelle il s'associe`` (COTTEZ 1980)] V. esthésione (s.v. esthesio-), hormone, ozone, peptone et aussi:
chalone (chal-, du gr. part. prés. de «ralentir, diminuer»), subst. fém. Substance sécrétée par les glandes à sécrétion interne qui a pour effet de freiner ou d'inhiber le fonctionnement des organes récepteurs, contrairement aux hormones qui, par définition, stimulent les organes sur lesquels elles agissent (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). La glande femelle [agit] par une sécrétion empêchante (chalone) (APERT ds Nouv. Traité Méd. fasc. 8 1925, p.422).
D. BIOCHIM. [Sert à former des termes désignant des hormones] Tiré de la terminaison de hormone.
1. [Le subst. est formé d'un élém. formant initial + -one] V. oestrone.
2. [Le subst. est formé d'un élém. formant initial + stérone (,,de -stér-, qui représente stérol, lui-même issu d'une autonomisation de -stérol`` (COTTEZ 1980), + -one)] V. aldostérone, androstérone, corticostérone (s.v. cortico-), testostérone.
Rem. V. cortisone (abrév. de corti-costérone); progestérone (pro-, -gest-, du lat. gest(are)).
E. CHIM., BIOCHIM., PHARMACOL., p. ext. [Suff. servant à former divers noms de corps]
1. [Le subst. est composé d'un élém. formant initial + -one]:
flavone (flav-, du lat. flavus «jaune»), subst. fém., chim. Composé incolore, cristallin, de formule C15 H10 O2, servant à la formation de divers colorants. L'étude chimique de la synthèse des flavones (substances formant le groupe de la vitamine P, dite de protection vasculaire) a conduit à la réalisation de nouveaux corps (R. SCHWARTZ, Nouv. remèdes mal. act., 1965, p.84).
histone, subst. fém. ,,Nom générique des matières protéiques naturelles, solubles dans l'eau, coagulables par la chaleur, précipitables de leurs solutions aqueuses par un excès d'ammoniaque`` (DUVAL 1959). La partie protéique s'appelle histone, elle est associée aux acides nucléiques de certains tissus glandulaires comme le pancréas et le thymus (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p.31).
humulone (humul-, du lat. sc. humulus «houblon»), subst. fém. ,,Substance à propriétés antibactériennes, extraite du houblon`` (Méd. Biol. t.3 1972). Moins les moûts sont acides et plus ils dissolvent d'humulone (BOULLANGER, Malt., brass., 1934, p.333).
hydrone, subst. fém. ,,Alliage de sodium et de plomb qui donne de l'hydrogène par hydrolyse`` (DUVAL 1959). Armstrong ne saurait infirmer l'exactitude de ces faits parce qu'ils ne cadrent pas avec sa théorie de l'hydrone (J. phys. et Radium, 1925, p.63).
styrone (styr-, du lat. styr(ax) «arbre», du gr. «arbre, baume»), subst. fém. ,,Alcool utilisé en parfumerie: phényl-3 propénol-2-1 ou alcool cinnamique`` (DUVAL 1959). Emploi subst. masc. Le styrone distille avec de l'eau sous la forme d'un liquide laiteux. On ajoute du sel marin, le styrone surnage et se solidifie. Il cristallise en belles aiguilles soyeuses, il fond à + 33o et son odeur rappelle les jacinthes (DESCHAMPS D'AVALLON, Compendium pharm. prat., 1868, p.761).
2. [L'élém. initial est lui-même un élém. composé]:
méthadone, subst. fém. Succédané synthétique de la morphine utilisé dans certains pays pour le traitement des toxicomanies (d'apr. Méd. Flamm. 1975).
Vitalité. 1. On relève, parmi les termes en -one, des empr. d'orig. diverse, comme: bellone (du prov. mod.), carbone (du lat.). 2.Dans un ensemble de termes, -one est ,,tiré de la désinence - [-on] ou - [-ôn] du nominatif de nombreux noms grecs (...); il permet, quand le vocabulaire scientifique emprunte directement certains de ces noms, de leur donner une forme moderne en même temps qu'un sens spécialisé`` (COTTEZ 1980). V. aleurone, axone, neurone et aussi: Sycone (syc-, du gr. «figue»), subst. masc. Inflorescence du figuier dont le réceptacle a la forme d'une bouteille sur la face interne de laquelle naissent les fleurs. 3. Le suff. -one sert à la formation de très nombreux termes de chim., de pharmacol., où il est fréq. associé à plusieurs élém. dans un même terme (méthylnaphtoquinone ou méthylisopropylcétone p. ex.); en ne retenant que les termes att. dans des dict. techn. ou, plus rarement, dans le fonds textuel du corpus, on compte plus de 200 formations en -acétone ou -cétone, plus de 140 en -quinone, plus de 80 en -phénone, plus de 70 en -stérone, 60 env. en -sulfone, plus de 50 en -stémone, 40 environ en -lactone.
Prononc. et Orth.: [-], [-o:n]. Au XVIIe s. prononc. [-o:-] dans les finales -ome, -one des mots d'orig. gr. ayant un oméga (ex. amazone) ou un omicron (corresp. en fr. à un []) et qui se sont alignés sur la série précédente (ex. tome, atone, etc.). À partir du milieu du XIXes., disparition progressive de [o:] au profit de [] selon la loi de 1reposition, facilitée par l'absence d'accent circonflexe protégeant le timbre fermé de la voyelle (à comparer avec symptôme ou pylône toujours avec [o], v. G. STRAKA ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t.19, n°1, 1981, pp.205-206). Tendance plus marquée dans -one où sont touchés aussi bien les mots relevant du lang. cour. que ceux relevant du lang. sc., alors que dans -ome, ceux de la 2e catégorie conservent plus souvent [o:]. Bbg. DUB. Dér. 1962, p.20. —HASSELROT 1957, p.103, 105, 117, 141, 153, 170, 211, etc.

Encyclopédie Universelle. 2012.